Les Verts Terrils

Le Rocher du Druide

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Des Vert, rouges de froid.

Rien n’entame ni le moral, ni le courage des adhérents des Verts Terrils.
Face aux intempéries le vert a fait bloc.Le rocher du Druide 2013 001

En ce mercredi 20 novembre, un petit groupe d’irréductibles presque Gaulois, se retrouvait sur le plateau des Claparèdes, terre dévolue à la culture de la lavande.
En ce début de matinée, le grand Luberon était déjà nimbé d’un voile blanc, qui

s’étendait sous un ciel ténébreux et bas.
Les joues étaient déjà roses, mais les cœurs vaillants.
Les rires et les joutes verbales fusaient. Le groupe s’élançait à pas de géant sur les pierres plates et chantantes.
Premier arrêt, au Rocher du Druide. Et première surprise réservée aux participants. Ce rocher se traversait, fruit d’une géologie tendre.
Le rocher du Druide 2013 015
Les hommes ici avaient su  parfaitement adapter leur occupation du lieu aux contraintes géologiques.
Merveille des merveilles qui s’étalait sous nos yeux ébahis.
Après une courte pause pour la boisson chaude réparatrice, le rythme frénétique reprenait en ligne indienne derrière le fougueux guide Gilles Campana.
Le groupe serpentait, tel un boa entre les rochers, les pins et les érables dorés.
La vallée d’Apt, territoire exceptionnel, nous dévoilait ses innombrables richesses.
Les passages délicats éclipsaient les difficultés de progression, devant les beautés de la cité épiscopale, Apt, la bien nommée.
Le froid s’insinuait de plus en plus dans nos vêtements trempés de sueur. Les membres s’engourdissaient, les bouches crachaient des vapeurs blanches.
Mais le panorama grandiose depuis des balcons naturels, dopait désormais ces randonneurs presque surgis du surnaturel.
Ensuite, à l’abri temporaire, entre des chênes et des enclos de pierres sèches, le petit groupe se serrait les coudes pour avaler silencieusement la pitance de midi.Le rocher du Druide 2013 044
A chaque claquement de vent dans les arbres meurtris, une pluie rouge et or de feuilles s’abattait sur nos épaules transies.
Une fois nos ventres rassasiés, la course folle reprenait sur des pierres qui roulaient régulièrement sous nos semelles torturées.
Soudain, surprise des surprises, un grand poisson aux écailles de pierres grises et aux yeux arc en ciel, gobait le groupe dans son antre incroyable.
Au cœur d’une chapelle unique et solitaire, la Santonne nous offrait un réconfort apprécié.
Là, un grand Christ aux longs bras d’olivier et éclairé d’un rayon multicolore, apportait la paix et la sérénité à nos cœurs stressés.
Puis, c’était le retour au parking. En retrouvant le plateau, tous les paysages avaient disparu. Les nuages se touchaient presque du doigt. Nous étions désormais avalés par les limbes climatiques.
Entrant dans nos véhicules, fatigués mais heureux de la prodigieuse randonnée réalisée, les premiers flocons, fines plumes blanchâtres, dansaient sur un air de valse à quatre temps…

Votre druide panoramique
G. Campana

Les photos de cette journée, par ici...

L'Agenda...

se_module_calendrier_108 - style=default - background=
<<   201707<20186 juillet 2018 >20188   >>201907
lun mar mer jeu ven sam dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
108201807

Liens

Statistiques

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
119
Hier :
248
Semaine :
119
Mois :
6147
Total :
897778
Il y a 2 utilisateurs en ligne
-
2 invités

Tous droits réservés 2013, les Verts Terrils - Mentions Légales